dimanche 31 décembre 2017

"Vingt-sept degrés d'amour", de Chloé Landriot et Joëlle Pardanaud


12 X 15 cms
87 pages
10 € port compris
ISBN 978-2-954831-9-4

Pour commander le recueil auprès de l'association le Citron Gare, contact : p.maltaverne@orange.fr

Si vous avez Adobe reader, vous pouvez également accéder au bon de commande dans sa version PDF (via le Cloud d'Orange), en cliquant ici.

Et pour faire connaissance avec l'écriture de Chloé, voici un de ses poèmes :

"Route

Quand tu restes toi-même
Quand tu ouvres les yeux
Quand tu empêches
Le lourd débit des jours de rouler ton amour
Dans la boue
Quand tu tiens à distance
Les attrape-grimaces et les soucis-poussières
Quand tu secoues
Le paletot du jour pour décoller hier
Et pour lancer demain au travers de la nuit
Tu es mon compagnon.

Tu ouvres
Les fenêtres du rêve
Les fleuves voyageurs
Mille chemins de sable
Et nous irons ainsi
Mystérieux et unis
Accomplir notre route au versant des étoiles."


Chloé Landriot est née en 1980 à Saint-Etienne. Auteure d’une thèse sur l’art épistolaire royal au XVIe siècle, elle a décidé de délaisser les bibliothèques feutrées pour la « vraie vie » d’un collège de la banlieue lyonnaise, où elle enseigne depuis sept ans. Mère de deux enfants, elle essaie de vivre de plus en plus les yeux ouverts et de mener (à sa modeste mesure) des combats qui ne font pas de perdants. C’est pourquoi elle pratique l’aïkido, ne va plus au supermarché, et sensibilise ses élèves à la question de l’égalité entre les femmes et les hommes. C’est aussi pour cela qu’elle écrit. Elle s’est mise à dessiner sans prétention un jour où il n’y avait plus de mots.

Quelques-uns de ses poèmes ont été publiés récemment dans les revues Décharge, Verso, Traction-Brabant et Cabaret. Vient de sortir dans la collection Polder de Gros Texte son premier recueil, Un récit, en mai 2017. Ses dessins paraissent dans Traction-Brabant.

Elle intervient aussi à la Maison pour Tous à Lyon où elle anime une « pause poésie » mensuelle.

Joëlle Pardanaud est née en 1956 à Saint-Etienne et elle est la mère de Chloé. Elle vit en Charente. Elle a renoué depuis quelques temps avec le dessin, qu’elle pratiquait dans sa jeunesse : « C'est grâce à mon petit-fils Guilhem que je me suis remise à dessiner, explique-t-elle, pour lui dire combien il me manquait. Alors, j'ai su que le dessin me permettrait de combler mon désir d'être près de mes enfants et petits-enfants grâce au papier, aux crayons et aux tubes de peinture ». Elle a accepté de contribuer à illustrer « Vingt-sept degrés d’amour » : une collaboration mère-fille qui prend tout son sens dans ce recueil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire